Information à l’intention du Patient de Votre Chirurgien et de SAGES: Résection du côlon par laparoscopie

La chirurgie traditionnelle du côlon

Aux États-Unis, plus de 600 000 opérations chirurgicales sont pratiquées chaque année pour traiter différentes maladies du côlon. Bien que la chirurgie ne permette pas toujours de guérir le patient, elle est souvent le meilleur moyen d’éviter que la maladie ne se répande et de soulager la douleur et l’inconfort.

Les patients qui subissent une chirurgie du côlon vivent une période de rétablissement longue et difficile parce que selon la façon traditionnelle d’intervenir, il faut «ouvrir», ce qui est une méthode très invasive.  Dans la plupart des cas, le chirurgien doit pratiquer une longue incision.  Résultat : la durée de séjour, dans un hôpital moyen, est d’au moins 1 semaine et le rétablissement, généralement de 6 semaines.

QU’EST-CE QUE LE CÔLON ?

Le côlon est aussi appelé le gros intestin; il s’agit de la partie inférieure du tube digestif.  L’intestin est un organe long et tubulaire composé de l’intestin grêle, du gros intestin (le côlon) et du rectum, situé à l’extrémité du gros intestin.  La nourriture qu’on avale est d’abord digérée dans l’estomac et progresse ensuite dans l’intestin grêle où les nutriments contenus dans la nourriture sont absorbés. Les résidus transitent ensuite dans le gros intestin, se rendent jusqu’au rectum et sont finalement expulsés. Le gros intestin et le rectum absorbent l’eau et retiennent les déchets jusqu’à ce que vous soyez prêt(e) à les expulser.

QU’EST-CE QUE LA  RÉSECTION DU CÔLON PAR LAPAROSCOPIE?

La technique de la chirurgie du côlon non invasive par laparoscopie est ainsi appelée parce qu’elle permet au chirurgien d’effectuer sur le gros intestin beaucoup d’interventions courantes au moyen de petites incisions.  Selon l’intervention, le patient peut obtenir son congé après quelques jours seulement et reprendre ses activités habituelles plus rapidement que le patient qui a subi une chirurgie invasive.

Dans la plupart des résections du côlon par laparoscopie, le chirurgien travaille dans 4 ou 5 courtes incisions (d’environ ¼ po chacune) tout en voyant une image grossie des organes sur un écran.  Dans certains cas, il est nécessaire que l’une des incisions soit rallongée (de 2 à 3 po) pour terminer l’intervention.

LES AVANTAGES DE LA RÉSECTION DU CÔLON PAR LAPAROSCOPIE

Les résultats peuvent varier selon le type d’intervention et l’état de santé général du patient. Les avantages les plus courants sont :

  • Moins de douleur postopératoire
  • Peut diminuer la durée du séjour à l’hôpital
  • Peut favoriser le retour plus rapide à une diète d’aliments solides
  • Peut favoriser le retour plus rapide de la fonction d’élimination
  • Reprise plus rapide des activités habituelles
  • Meilleurs résultats esthétiques

ÊTES-VOUS UN CANDIDAT À LA RÉSECTION DU CÔLON PAR LAPAROSCOPIE ?

Bien que la résection du côlon par laparoscopie présente plusieurs avantages, il est possible qu’elle ne soit pas indiquée pour certains patients.  Afin de vous assurer que cette technique vous convient, consultez votre médecin de famille afin d’obtenir une évaluation médicale complète de la part d’un chirurgien compétent pour pratiquer cette technique.

COMMENT FAUT-IL S’Y PRÉPARER ?

Les tests à faire avant…

La plupart des maladies du gros intestin sont diagnostiquées au moyen d’un ou deux tests :  une coloscopie ou un lavement au baryum.  Le coloscope est un tube mou et souple, à peu près de l’épaisseur de l’index, qu’on insère par l’anus dans le gros intestin.  Le lavement au baryum est une radiographie spéciale au cours de laquelle un liquide blanc qui ressemble à un «milk-shake» est introduit par le rectum et poussé dans le gros intestin par un effet de légère pression.  Les deux tests permettent au chirurgien de faire un examen visuel du côlon.  Un tomodensitogramme (CT scan) de l’abdomen est parfois nécessaire.  Avant l’opération, des tests sanguins, un électrocardiogramme (ECG) et une radiographie pulmonaire peuvent être nécessaires également.

Se préparer pour la chirurgie…

  • La préparation préopératoire comprend des prises de sang, une évaluation médicale, une radiographie pulmonaire et un électrocardiogramme, selon votre âge et votre état de santé.
  • Après avoir passé en revue avec votre chirurgien les  les risques éventuels et les avantages de l’opération, vous devez donner votre consentement par écrit.
  • Une transfusion de sang ou de produits sanguins peut être nécessaire selon votre état de santé.
  • Il est recommandé de prendre sa douche la veille ou le matin de l’opération.
  • Le rectum et le côlon doivent être complètement vides. À cette fin, on donne habituellement au patient une solution spéciale.  Il est possible que durant les quelques jours qui précèdent l’opération, vous ne puissiez prendre que des liquides, des laxatifs et des lavements.
  • Des antibiotiques à prendre par la bouche sont souvent prescrits.  Votre chirurgien ou son personnel vous donneront les instructions relatives à la préparation nécessaire.
  • Suivez attentivement les instructions de votre chirurgien.  Si vous ne pouvez pas prendre la préparation ou les antibiotiques, contactez votre chirurgien.
  • Si votre préparation est incomplète, il est possible que ce ne soit pas sécuritaire d’avoir l’opération et qu’elle doive être reportée.
  • À compter de minuit, la veille de l’opération,  vous ne devez ni boire ni manger. Seuls les médicaments autorisés par votre chirurgien, à prendre avec un peu d’eau le matin de la chirurgie, sont permis.
  • Les médicaments tels que l’aspirine, les médicaments qui éclaircissent le sang, les anti-inflammatoires (pour l’arthrite) et la vitamine E doivent être suspendus temporairement, de quelques jours à une semaine avant la chirurgie.
  • Les médicaments pour faire maigrir et le millepertuis ne doivent pas être utilisés pendant les deux semaines qui précèdent la chirurgie.
  • Cessez de fumer et organisez l’aide dont vous aurez besoin à la maison.

COMMENT SE DÉROULE LA RÉSECTION DU CÔLON PAR LAPAROSCOPIE ?

Le terme «laparoscopie» décrit la technique utilisée par le chirurgien pour avoir accès au site de la chirurgie.

La plupart des interventions par laparoscopie sur le côlon commencent de la même façon.  Le chirurgien insère une canule (un instrument étroit en forme de tube) dans l’abdomen.  Un laparoscope (petit téléscope branché à une caméra) est inséré dans la canule, et permet au chirurgien de voir une image agrandie des organes internes sur un écran.  Pour faire son intervention et  retirer une partie du côlon, le chirurgien utilise plusieurs autres canules.  Toute l’opération peut se dérouler au moyen des canules ou en allongeant l’une des petites incisions.

QU’ARRIVE-T-IL SI L’OPÉRATION NE PEUT PAS ÊTRE PRATIQUÉE OU TERMINÉE PAR  LA METHODE LAPAROSCOPIQUE ?

Pour un certain nombre de patients, la laparoscopie n’est d’aucun secours.   Voici certains des facteurs qui peuvent pousser un patient à choisir la chirurgie invasive ou à devoir s’y soumettre :

  • Obésité
  • Des antécédents de chirurgie abdominale ayant favorisé la formation de tissus cicatriciels denses
  • Impossibilité d’examiner visuellement les organes
  • Problèmes de saignements durant l’opération
  • Grosseur des tumeurs

La décision de procéder à une opération invasive est une question de jugement et appartient à votre chirurgien. La décision peut se prendre avant ou pendant l’opération.  Lorsque le chirurgien juge que pour des raisons de sécurité il faut passer de la technique par laparoscopie à une opération invasive, cela n’implique pas qu’il y a des complications ; cela signifie plutôt que le chirurgien exerce son jugement clinique. La décision de faire une opération invasive est strictement une question de sécurité pour le patient.

À QUOI FAUT-IL S’ATTENDRE APRÈS LA CHIRURGIE ?

Une fois l’opération terminée, il est important de suivre les consignes de votre médecin.  Bien que certaines personnes se sentent bien dans les jours qui suivent, rappelez-vous que votre corps a besoin de temps pour guérir.

  • Le lendemain de la chirurgie, les patients sont encouragés à se lever du lit et à marcher. Bouger aide à soulager les muscles endoloris.
  • Une semaine ou deux après la chirurgie, les patients sont généralement capables de reprendre leurs activités habituelles comme prendre une douche, conduire une auto, monter les escaliers, travailler et avoir des relations sexuelles.
  • Téléphonez pour prendre un rendez-vous au cours des 2 semaines qui suivent l’opération.

QUELLES SONT LES COMPLICATIONS POSSIBLES ?

Voici certaines des complications possibles :

  • Les saignements
  • Les infections
  • Une fuite à l’endroit où le côlon a été rattaché
  • Des blessures aux organes adjacents tels que l’intestin grêle, l’urètre ou la vésicule biliaire
  • Des caillots sanguins aux poumons

Il est important que vous sachiez reconnaître les signes avant-coureurs des complications possibles. Communiquez avec votre chirurgien en cas de douleurs  abdominales sévères, de fièvre, de frissons ou de saignement rectal.

QUAND DOIS-APPELER LE MÉDECIN ?

Appelez sans faute votre médecin ou votre  chirurgien si vous ressentez l’un des  problèmes suivants :

  • Fièvre persistante de 39° C (101° F)
  • Saignement du rectum
  • Gonflement progressif de l’abdomen
  • Douleur non soulagée par les médicaments
  • Nausée  ou vomissements persistants
  • Frissons
  • Toux persistante ou difficulté respiratoire
  • Écoulement purulent (pus) de l’une des incisions
  • Rougeur autour de l’une des incisions qui s’aggrave ou s’agrandit
  • Vous ne pouvez ni boire ni manger

Keep reading...

 

 

Brought to you by:

SOCIETY OF AMERICAN GASTROINTESTINAL AND ENDOSCOPIC SURGEONS (SAGES)
11300 West Olympic Blvd., Suite 600
Los Angeles, CA 90064
Tel:
(310) 437-0544
Fax:
(310) 437-0585
E-Mail:
publications@sages.org
Revised:
March 1, 2004
This brochure is intended to provide a general overview of a surgery. It is not intended to serve as a substitute for professional medical care or a discussion between you and your surgeon about the need for a surgery. Specific recommendations may vary among health care professionals. If you have a question about your need for a surgery, your alternatives, billing or insurance coverage, or your surgeons training and experience, do not hesitate to ask your surgeon or his/her office staff about it. If you have questions about the operation or subsequent follow up, discuss them with your surgeon before or after the operation.